Redéfinir sa relation aux autres par le « don »

On dit souvent que l’on ne peut pas progresser seul, que l’on a besoin de partenaires à l’entraînement. Cela implique donc un échange, je donne et je reçois. J’aimerais aller un peu plus loin dans cette notion de don de soi. A priori, à l’origine la démarche qui amène une personne dans un dojo est un peu égoïste. Elle vient pour y chercher quelque chose pour satisfaire une attente, un désir. A la lumière de cette démarche, la personne est tournée plus vers elle-même que vers les autres. L’échange avec le partenaire n’est donc qu’un moyen, une situation qui permet à cette personne de se remplir d’une expérience, d’un savoir, etc. Le don de soi est donc ici en quelque sorte « calculé », je donne et je reçois. Il n’y a bien sûr pas de mal à cela et j’aimerais ne pas tomber dans une forme de jugement. Néanmoins, je pense qu’en réfléchissant sur la relation que l’on a avec les partenaires du dojo, tout comme à l’extérieur de celui-ci, nous pouvons changer notre perception du monde. Lire la suite

Danse et karaté à Okinawa

ファイル:Danses d’Okinawa (musée Guimet, Paris) (11152072573).jpg

On dit souvent qu’il y a un lien entre la danse d’Okinawa et le karaté. Maître Nagamine Shoshin écrit dans son livre « the essence of Okinawan karate-do » ed. Tuttle que l’un de ses maitres, Arakaki Ankichi (1899 – 1927) lui a montré la relation qu’il existe entre le karaté et la culture d’Okinawa et lui a ouvert les yeux sur la beauté du karaté. Maître Nagamine dit aussi que Arakaki expliquait à ses élèves que le karaté et les danses d’Okinawa ont des points en commun, notamment dans en ce qui concerne la dynamique des mouvements. Pour Arakaki, le karaté est né de l’instinct de l’homme pour survivre tandis que la danse prend sa source dans le désir de l’homme à exprimer ses émotions. Selon Arakaki, un pratiquant de karaté devrait étudier les différences et les points communs entre ces deux arts, et pour cela, pratiquer la danse. Arakaki Ankichi était lui-même un excellent danseur, il avait une grande connaissance du répertoire théâtral et s’intéressait à la poésie. Lire la suite

Les blocages n’existent pas !

Je souhaite traiter ici d’une mystification incroyable, celle des blocages en karaté. Je sais que dire que les blocages n’existent pas est une affirmation qui va en choquer plus d’un, j’ai moi-même mis plus de dix ans avant de l’accepter. En effet, difficile après vingt ans de pratique de se rendre compte que l’on fait des choses stupides et inutiles, voir même dangereuses en situation de conflit réel où l’on risque de perdre la vie à cause d’une illusion sans cesse alimentée pendant de nombreuses années.

Lorsqu’un jour un de mes senpai m’a dit que les blocages ne servaient à rien, je ne lui ai pas répondu par politesse. Cependant, à l’intérieur de moi, j’étais choqué, je me demandais pourquoi il disait une telle chose. N’est-ce pas ce que l’on fait à l’entraînement, travailler les blocages, les parades, et surtout améliorer la capacité à bloquer et riposter dans un temps le plus rapide qu’il soit. Pourquoi mon senpai me disait-il une chose pareille ? Quand on nous attaque avec détermination, il faut bien faire un blocage pour ne pas être touché, non ? Si le karaté est un art de défense, il est bien normal que l’on se défende en premier avec une parade, ne dit-on pas que les katas débutent tous avec une parade pour illustrer cela ?
Ce jour-là, la graine était plantée et il a fallu dix ans pour qu’elle germe et transforme à tout jamais ma pratique et ma vision du karaté.

Alors, voulez-vous prendre la pilule rouge ou la pilule bleue (matrix) ? Avec la pilule rouge vous pouvez voir la réalité telle qu’elle est, avec la pilule bleue vous continuez à vivre dans un bonheur artificiel. Lire la suite

Leçon de japonais n°7

Les salutations

Continuons sur la lancée de nos leçons de japonais. Nous avons déjà bien avancé et il est temps d’aborder un aspect fondamental des relations sociales, la façon de saluer, dire bonjour, au revoir, merci, etc.

Tout comme en français, la façon de dire bonjour change en fonction du moment de la journée. Le matin on dit おはよう ございます ohayô gozaimasu, c’est la forme polie, entre amis ou membre de la même famille on dit simplement おはよう ohayö. A partir de midi on salut en disant  こんにちは konnichiha, remarquez que l’hiragana はse prononce ici wa (au lieu de ha). こんにちは konnichiha, peut cependant s’utiliser à n’importe quel moment de la journée quand on n’est pas trop sûr de soi sur la bonne formule à utiliser. Enfin, le soir on dit こんばんは konbanwa. Vous êtes maintenant armés pour entrer dans un dojo japonais et saluer les personnes qui s’y trouvent de manière appropriée. Lire la suite

Force et souplesse

La force et la souplesse sont deux qualités physiques mobilisées dans les différentes pratiques sportives et martiales. En karaté, en fonction des circonstances il est nécessaire d’être en capacité d’utiliser l’une et l’autre, ensemble, séparément ou alternativement en fonction des circonstances. Un style comme le goju-ryu, porte dans son nom l’idée que la force « go » et la souplesse « ju » ne peuvent être dissociées dans la pratique et le combat.

Je ne vais pas développer dans cet article les qualités physique de force et de souplesse, ni les moyens de les acquérir, vous trouverez cela sur beaucoup de sites dédiés à la préparation physique. Ce qui m’intéresse ici c’est d’analyser ce qu’on entend par force et souplesse et d’esquisser leurs places respectives dans les pratiques de karaté. Lire la suite

Conduite et arts martiaux

Conduire une voiture ou une moto aux Etats-Unis

La pratique des arts martiaux ne se confine pas à l’exercice au dojo, en keikogi (tenue d’entraînement). Elle doit s’intégrer de plus en plus à la vie quotidienne. C’est pourquoi dans cet article je cherche à faire un parallèle entre les arts martiaux et la conduite d’un véhicule sur route ou en ville.

Autrefois, les guerriers japonais, les samourais, pratiquaient différentes techniques de combat. Ils pouvaient être confrontés à la mort quotidiennement. Aujourd’hui, les pratiquants que nous sommes vivent dans un monde où le risque de confrontation mortelle est très limité et nous nous inscrivons plus dans une pratique de loisir, ludique, que dans une préparation militaire. Si la mort est présente symboliquement dans chaque mouvement, dans chaque exercice, dans chaque kata pratiqué au dojo, nous espérons ne jamais être dans l’obligation de sauver notre vie. Pourtant, ce risque de perdre la vie est très largement accru lorsque nous décidons de nous mettre au volant d’un véhicule.

Cette prise de risque quotidienne qu’est l’acte de conduire implique une vigilance permanente. Cette vigilance fait appel à tous nos sens et à notre intuition. Il nous faut donc être prêt à agir et réagir, être en alerte. Lire la suite

Déjà 1 an !

Déjà un an que j’ai remis ce site en état sous cette formule « blog ». Merci pour vos visites sur www.karate-france.com, continuez à faire vivre ce blog avec vos commentaires. J’espère que mes réflexions vous aident à bâtir votre propre chemin pour avancer et apprécier votre discipline mais surtout la vie en général.

Dans un univers où tout semble voler en éclat, où la dispersion est le maître mot, il me semble important de revenir à l’essentiel, de se recentrer en se connectant à sa source, aux autres.

Merci encore pour votre soutien.

Areski

Placez bien vos genoux !

Afficher l'image d'origine

Les critères techniques à respecter pour exécuter une technique n’ont pas uniquement pour vocation de permettre de développer un maximum de vitesse et d’énergie mais aussi de protéger votre santé, notamment vos articulations. Les membres inférieurs sont extrêmement sollicités en karaté, que ce soit lorsqu’on exécute des techniques de bras ou de jambe. Dans les premières nous sommes en appui sur deux pieds en position, souvent genoux fléchis. Dans les secondes, les techniques de jambe, nous sommes par définition en appui monopodale, c’est à dire sur une jambe, parfois associé à une rotation du corps et des appuis.

Pour préserver votre santé et en particulier vos genoux, il est important de prendre des précaution de base et de tout de suite commencer l’apprentissage du karaté en prenant de bonnes habitudes. Un mauvais mouvement répété des milliers de fois durant quelques années peut conduire à une usure prématurée voir même à une lésion nécessitant une intervention chirurgicale. Lire la suite

Comment plier son karate-gi

La vidéo présente une méthode pour plier le vêtement d’entraînement que l’on appelle keikogi ou karategi. A ma connaissance peu de pratiquants utilisent cette méthode pour plier leur tenue d’entraînement, cependant j’enseigne personnellement aux élèves, petits et grands, la bonne façon de plier sa tenue. En s’appliquant à prendre soin de la tenue d’entraînement et en apprenant cette méthode, le pratiquant entre dans une dimension culturelle qui est présente au quotidien dans la vie des japonais, l’art de plier et d’emballer. Lire la suite

Karaté et méditation

La méditation est une pratique de plus en plus répandue qui fait même l’objet de nombreuses expériences scientifiques. Aujourd’hui, les neurosciences confirment que la pratique de la méditation a des effets bénéfiques sur la santé mentale et physique. Une pratique régulière de la méditation a des effets sur le stress et est tout aussi efficace que des antidépresseurs. Elle permet aussi d’augmenter la capacité de concentration et améliore le fonctionnement du cerveau. Les effets sur la santé sont nombreux aussi, la méditation permettrait de diminuer les douleurs chroniques et de favoriser la guérison dans des maladies tel que le cancer. Elle améliore aussi les défenses immunitaires. Lire la suite